Skip to content

Accueil > Cap’maths > Présentation

Présentation

jeudi 24 mai 2012, par Nursit

Introduction

Le projet Cap’Maths réunit l’ensemble des acteurs de la communauté mathématique française (sociétés savantes et organisations professionnelles d’enseignants, associations, organismes de recherche, acteurs de la culture scientifique...). La coordination de ce consortium est assurée par l’association Animath.

Notre démarche part du constat d’un contraste : d’un côté, de très riches expériences sont menées par de nombreux acteurs un peu partout en France en matière de culture mathématique, d’actions en direction des jeunes de tous niveaux, des plus motivés à ceux qui ont les plus grosses difficultés, d’actions ciblées vers les jeunes filles ou dans les zones scolairement défavorisées. De l’autre, la perception des mathématiques dans le grand public est souvent négative ; le dynamisme des sciences mathématiques, ses nombreuses interactions avec les autres sciences, ses applications sont incompris.

Partout dans le monde, et peut-être en France plus qu’ailleurs, les mathématiques ont une place décisive dans la construction du parcours scolaire des jeunes. Dans leurs succès, mais aussi dans les difficultés auxquelles notre système éducatif est confronté, notamment en matière d’aggravation des inégalités sociales et géographiques. En France comme ailleurs, les mathématiques paraissent éloigner beaucoup de jeunes filles.

Mais aujourd’hui, comme on le sait, la capacité de la France à assurer le renouvellement des cadres scientifiques : ingénieurs, chercheurs, professeurs... est en question.

Face à ces réalités, nous estimons 1° qu’il est nécessaire de mobiliser nos forces pour inverser cette tendance ; 2° que les expériences de promotion de la culture mathématique et d’activités mathématiques périscolaires peuvent être étendues, et engendrer ainsi un effet positif substantiel sur la réussite de tous.

Objectifs

Nos objectifs peuvent s’organiser autour de quatre axes principaux :

- atténuer les disparités sociales et géographiques ;
- inciter et aider les jeunes filles à surmonter la barrière des préjugés pour se lancer dans des études à forte composante mathématique ;
- améliorer la perception générale des mathématiques par le grand public et notamment les jeunes scolarisés, en améliorant la compréhension de leur impact, de leur utilité et de leur vitalité ;
- augmenter globalement le flux d’étudiants effectuant des études longues dans un domaine scientifique, et en particulier dans les sciences à forte composante mathématique.

Le consortium encouragera toutes formes d’activités susceptibles de contribuer à la réalisation de ces objectifs, et en particulier les actions permettant de :

- renforcer la diffusion de la culture mathématique, notamment par le contact avec le monde de la recherche, en faisant porter l’effort tout particulièrement vers les jeunes, afin de montrer à tous que les mathématiques sont une discipline vivante, dont la recherche est florissante, de mettre en avant leurs interactions multiples avec toutes les sciences, leurs nombreuses applications et le rôle important qu’elles jouent dans la vie des entreprises ;
- accroître fortement l’impact de différents types d’animation en direction des jeunes : concours, clubs, ateliers, travaux sur projets scientifiques, stages pendant les vacances ; développer de telles actions dans les zones socialement ou géographiquement défavorisées ;
- encourager la participation des filles à toutes ces actions et, de plus, organiser des actions destinées à elles seules : tutorats, marrainages, journées... Tout cela ayant pour but leur engagement dans les filières scientifiques et techniques au lycée et dans des études supérieures dans les domaines des sciences et techniques où elles sont sous représentées ;
- se doter des moyens d’une diffusion des initiatives les plus prometteuses (documents et films, sites web, forums...) et d’assurer à l’ensemble des actions une forte visibilité.

Un effort particulier sera mené pour donner à ces actions une dimension européenne et internationale.

Structuration

Appartenance et soutiens

Le projet est soutenu par un certain nombre d’entités, dont la section de mathématiques de l’Académie des sciences, l’INSMI-CNRS, l’INRIA (voir la liste complète).

La liste des membres fondateurs du consortium est consultable en ligne. Toute entité ayant un projet retenu par un comité de sélection devient ipso facto membre du consortium.

Gouvernance
Comité de parrainage

Il est composé de personnalités du monde scientifique et économique soutenant le projet.

Conseil d’orientation

Il fixe les grandes lignes de l’action du consortium. Sa composition proposée est : un représentant pour chaque entité : SFdS, SMAI, SMF, femmes et mathématiques, APMEP, UPS, ADIREM, Inspection générale de mathématiques, DGESCO, INSMI-CNRS, INRIA, CPU et deux personnalités désignées par l’Académie des sciences.

Structure opérationnelle

Comité de pilotage. Les membres du consortium se constituent en comité de pilotage. Si nécessaire, ce comité peut se doter d’un bureau. Le comité de pilotage discute des orientations, élabore les appels à projets, et fait des propositions sur la composition des comités de sélection. Les projets eux-mêmes sont pris en charge par les associations locales ou nationales, les départements/laboratoires/instituts/centres de recherche locaux.

Les comités de sélection choisissent les projets retenus, répartissent les budgets et examinent les rapports d’activités ; ils sont désignés par le conseil d’orientation.

Gestion

La structure opérationnelle de gestion est l’association Animath qui assure la gestion, prépare, avec le comité de pilotage ou son bureau, le travail des comités de sélection, lève des fonds et assiste les structures locales dans la levée de fonds, prend en charge les aspects communs de la communication.

Fonctionnement

Pendant la durée prévue du consortium (2011-2016), des appels à projets réguliers seront organisés afin de sélectionner et financer les meilleures initiatives.

Inscription à notre Lettre d'information